Les effets de la musique

La musique est un art consistant à combiner les sons de manière à ce que cela donne un rythme. Elle se crée à partir d’instruments de musique et est connue pour avoir des effets sur ceux qui l’écoute. A chaque type de musique sa particularité et ses effets. Jazz, classique, pop, techno ou encore folk et tant d’autres encore influent directement les comportements et le psychisme de l’homme. Quels sont ces effets ?

L’altruisme

 

L’altruisme

L’altruisme

D’après les expériences et études effectuées par les chercheurs, certaines musiques rendraient plus généreux. En contrepartie, d’autres feraient en sorte qu’une personne devienne plus égoïste. A l’Université de New York, des psychologues ont fait l’expérience de faire écouter trois différents types de musiques à des étudiants : de la musique calme (Songs without Words, Opus 19 n°1 en Mi mineur et Opus 38 n°4 en La majeur de Felix Mendelssohn), de la musique stimulante (One o'clock jump de Duke Ellington), et de la musique désagréable (Meditations de John Coltrane). A l’issue de l’audition, chacun pouvait rentrer chez lui mais au moment de rentrer, une expérimentatrice demande à ce que les étudiants lui rendent service en l’aidant à faire un travail demandé par un prof de l’université sous prétexte qu’elle n’a pas assez de temps. Sans avoir écouté de la musique, 60% des étudiants ont accepté de l’aider. Après avoir écouté le morceau de Mendelssohn, 90% y ont consentis. La musique stimulante n’a pas vraiment eu d’effet là-dessus et la musique désagréable, elle, a fait en sorte qu’il y ait une baisse des bonnes volontés de 15%. L’on en vient donc à la conclusion qu’une bonne humeur stimulée par un facteur extérieur rend plus altruiste et à l’inverse, lorsqu’une musique donne une mauvaise humeur, l’assistance à autrui n’est pas favorisée. Par ailleurs, la musique aurait de fortes capacités à renforcer les liens sociaux. Il s’avère en effet que des enfants qui écoutent de la musique issue de différents pays jouent ensemble davantage et dialoguent plus entre eux. Selon toujours des études, il semblerait que lorsque l’on diffuse de la musique durant un don de sang, les dons ultérieurs augmentent, surtout auprès des premiers donneurs et des donneurs occasionnels.


Antidouleur

 

Antidouleur

Antidouleur

La musique douce agirait comme antidouleur. Chez le dentiste par exemple ou à l’hôpital, diffuser de la musique pourrait apaiser la perception de la douleur chez le patient. C’est justement ce qu’a fait Y. Chan en étudiant des patients de l’hôpital Queen Mary à Hong Kong. C’est sur les patients subissant une coloscopie que l’expérience a été faite. Il faisait subir l’examen aux patients, avec et sans musique. On leur faisait écouter de la musique douce à l’instar de chansons d’amour dont le rythme est particulièrement lent. Après, chacun devait remplir des questionnaires pour évaluer la douleur ressentie. Les résultats ont démontré qu’avec de la musique calme, les patients ne ressentaient pas autant la douleur que si la musique n’était pas diffusée.

Antiviolence

 

Antiviolence

Antiviolence

La musique classique quant à elle, semble être une musique apaisante et antiviolence. C’est donc une bonne idée pour réduire la violence et les turbulences des élèves d’un collège à la cantine par exemple ou en cours de récré. C’est alors qu’une expérience a été faite par une psychologue ainsi que ses collègues de l’université du Dakota du Nord. Elle a consisté à passer de la musique classique dans le réfectoire. C’est auprès de 1000 enfants qu’elle a été réalisé, tous scolarisés entre les niveaux CE2 et CM2. Durant trois mois, le niveau sonore du réfectoire a été mesuré avec le comportement des enfants. Lorsque de la musique classique était diffusé durant le repas, les enfants faisaient moins de bruits avec une basse de six décibels dans le réfectoire, ce qui équivaut à 7 % du niveau sonore usuel. Cela baisse aussi de dix décibels à la diffusion de la musique pop. Une fois que l’on arrête la musique, le niveau sonore augmente. En ce qui concerne le comportement des enfants, le personnel a observé une baisse de 55% des gestes agressifs, de la mauvaise tenue, des mauvaises manières et des insultes, ce qui est spectaculaire. En gros, la musique classique rend donc moins violent.

Des performances en arithmétique

 

Des performances en arithmétique

Des performances en arithmétique

Cela est étonnant mais un des effets de la musique sur l’homme est d’améliorer ses performances en arithmétique. Une expérience a été réalisée durant laquelle des problèmes d’arithmétique ont été proposé à des enfants entre 10 et 11 ans. La résolution des problèmes a été fait avec et sans musique. Ici, l’on a utilisé des chansons de Disney. L’épreuve durait 15 minutes et l’on constaté que les élèves ont pu, en moyenne, effectué 36 problèmes avec de la musique, contre seulement 27.3 problèmes résolus dans le silence. A ces résultats d’expérience s’ajoutent le fait qu’il y ait un lien entre la musique et les performances cognitives. Les enfants hyperactifs réagiraient plutôt positivement aux musiques dont les effets sont calmants. Cela accroîtrait en plus leur concentration et leurs performances en maths. C’est la musique de Mozart, en particulier qui aurait cet effet là mais d’autres le peuvent aussi sûrement.


La performance physique

 

La performance physique

La performance physique

Les sportifs le savent sûrement, surtout les joggeurs, qu’en écoutant de la musique, la performance physique semble augmenter. Il s’agit d’un stimulant efficace qui est sans risques. Suite à une expérience durant laquelle l’on a fait faire du vélo d’appartement à des enfants, des adultes et des séniors tout en écoutant de la musique techno , de la musique douce et en silence, l’on a remarqué que les performances étaient spectaculaires avec la musique techno en particulier. Sans musique, la distance parcourue était moindre ; avec la musique douce, les participants ont fait mieux mais c’est avec la musique techno qu’ils se sont surpassés. Il semblerait également que diffuser avant un exercice physique provoquerait les mêmes effets qu’en écouter durant l’effort. C’est le rythme qui, selon les chercheurs, ferait en sorte que le corps soit préparé à l’avance à la résistance et à l’effort si bien que la réalisation devient facile.

Thérapeutique

 

Thérapeutique

Thérapeutique

La musique est aussi utilisée pour soigner. Il s’agit donc d’un usage de celle-ci à des fins thérapeutiques, surtout en ce qui concerne la maladie d’Alzheimer. Certaines musiques sont en effet propices à la stimulation de l’expression orale chez les personnes atteintes de la maladie : O’Susanna, Singing in the Rain ou My old Kentucky qui sont des classiques de la culture musicale et populaire en Amérique. Durant une expérience, on faisait écouter ces dernières aux malades deux fois par semaines pendant 30 minutes. Durant les conversations de groupe, leurs comportements et façon de parler et de s’exprimer sont observés. Il s’avère alors que les patients réagissaient très bien lorsque de la musique était diffusée. Leur manière de parler est plus fluide et claire, puis le vocabulaire qu’ils utilisent est plus riche. En plus, ils osent plus s’exprimer en prenant souvent la parole.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire