Top 5 des instruments de musique antillais

La musique tient une place importante dans chaque civilisation, culture et pays. Il s’agit d’une langue universelle que tout le monde, sans exception, peut utiliser. Dans la culture antillaise, elle occupe une grande place surtout à travers les divers instruments de musiques propres au pays. Il s’agit d’instruments de musique qui se sont développés au fil du temps et des styles, et qui font aujourd’hui partie du patrimoine des Antilles. On retrouve beaucoup d’instruments de musique antillais mais voici 5 des plus typiques de la musique traditionnelle du pays pour en avoir un petit aperçu :

 

Le chacha

Le chacha

Le chacha

Le chacha est un instrument de musique qui s’apparente aux maracas. Il est fabriqué à partir d’une calebasse qui est un fruit de forme ronde ou ovale à l’intérieur de laquelle on place des graines appelées chacha. Ces dernières produisent le son de l’instrument de musique une fois secoué. Le chacha est surtout utilisé lors des festivités en période de carnaval.

 


La flûte des mornes

La flûte des mornes est également appelée flûte traversière en bambou. Il s’agit d’un instrument de musique antillais qui est né dans les campagnes du pays. L’objet est fabriqué à partir d’une fine bambou où l’on retrouve 6 trous. C’est l’artiste Max Cilla qui l’a rendu célèbre ; il est même surnommé « Le Père de la Flûte des Mornes » aux Antilles. Des artistes comme Dédé Saint-Prix ou encore Eugène Mona en sont également de célèbres ambassadeurs. On utilise la flûte des mornes, cet instrument de musique traditionnel antillais pour jouer entre autres du chouval bwa.

 

Le Ka

Le Ka est une sorte de tambour qui est originaire de la Guadeloupe. On utilise cet instrument de musique aux Antilles pour jouer du Gwoka, une musique traditionnelle inscrite au patrimoine culturel immatériel de L’Unesco. Cette musique guadeloupéenne comprend sept rythmes de base. On fabrique le Ka  à l’aide d’une peau de cabri tendue à l’origine mais aujourd’hui, sa fabrication est désormais à base végétale, à l’aide de tronc d’arbre évidé, de fût et de tonnelet.

 

Le tambou bèlè ou tambour bel air

Ce tambour appelé tambou bèlè ou tambour bel air est originaire de Martinique. Ce sont les anciens esclaves africains qui l’y ont importé. Auparavant, l’instrument de musique était interdit mais rapidement il a conquis les habitations de l’île. Sa différence avec le tambour Ka se situe au niveau de la fabrication. En effet, le tambou bèlè ou tambour bel air est constitué d’un tonneau ou d’un baril de bois. Il est par la suite recouvert d’une peau de cabri ou de mouton. De cette dernière dépend la qualité du son d’où l’importance de bien choisir la peau. Il faut qu’elle soit fine pour un son plus aigu. Ce tambour est surtout utilisé pour accompagner la danse qui porte le même nom.

 


La conque de Lambi

La conque de lambi est un instrument de musique que les pêcheurs utilisaient il y a longtemps pour prévenir leur arrivée ou signaler le décès d’une personne ; on reconnaissait alors s’il s’agissait d’une femme ou d’un homme selon le type de son qui en émanait : son soutenu ou deux sons de nature différente. Il s’agissait d’un objet de signal d’appel que l’on utilise aujourd’hui comme instrument de musique. Il suffit de la vider pour s’en servir en soufflant dedans. Le son qui s’en dégage est sourd et percutant si bien qu’on peut l’entendre à des dizaines de kilomètres à la ronde.

 

Conclusion

Malgré des instruments de musiques traditionnels qui sont propres à chaque pays, culture ou civilisation, il y a toujours un point commun entre eux que l’on retrouve dans les instruments de musique conventionnels. Cela prouve que la musique est bel et bien un langage universel.

Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire